Category : Parole d’adhérent.e

[Parole de partenaire] Sylvie Chancelier “Audencia SciencesCom a pu constater une forte proximité avec ses communautés”

L’APCOM soutient ses partenaires et a souhaité leur donner la parole pour savoir comment leur activité s’est adaptée à la crise du Covid-19. Rencontre avec Sylvie Chancelier, directrice d’Audencia SciencesCom.

Les établissements d’enseignement supérieur sont fermés depuis mi-mars et ne rouvriront pas avant l’été, quelles sont les conséquences sur votre activité professionnelle ?

Dans les établissements d’enseignement supérieur, l’activité a toujours été maintenue, dès l’annonce de la fermeture des campus qui a précédé de quelques heures le confinement général, nous avons organisé la continuité pédagogique, avec l’ensemble des équipes. Le passage à l’enseignement à distance a pu être possible en seulement 5 jours grâce à l’investissement de tous les professeurs et vacataires, mais également au soutien du pôle d’innovation pédagogique d’Audencia et à la grande flexibilité des collègues de la scolarité. Dans un programme comme Audencia SciencesCom, la place des projets et applicatifs impliquant des entreprises est très importante. Ces projets se font le plus souvent en équipe, avec l’accompagnement d’experts professionnels, je suis très fière de pouvoir dire que même ces mécaniques complexes ont pu être adaptées au distanciel, les étudiants ont vraiment joué le jeu et nous disent finalement que le distanciel a favorisé l’interaction avec les enseignants ! Je crois que nous avons malgré nous inventé un mode communicationnel encore plus direct avec les étudiants pour qui les échanges digitaux sont monnaie courante.

Comment cela a-t-il modifié votre façon de travailler ? Quels avantages tirez-vous de cette nouvelle organisation ?

Nous avons la chance d’être dans un environnement où l’innovation fait partie de notre ADN, d’une part parce que nous nous adaptons en permanence aux évolutions d’accès à la connaissance des jeunes que nous formons, d’autre part, parce que les métiers de la communication et des médias auxquels nous préparons nos étudiants sont fortement impactés par les évolutions technologiques. En conséquence, nous étions déjà équipés d’outils collaboratifs et de plateformes pédagogiques digitales, ce qui a vraiment changé est qu’elles sont devenues notre quotidien, nous sommes tous monté très vite en compétence quant à leur utilisation avancée !

Le fait que le distanciel se passe très bien dans l’ensemble, à la fois pour les réunions d’équipe, l’accompagnement des étudiants et pour l’enseignement, nous fait réfléchir à la suite, à la meilleure intégration du digital dans nos pratiques. Finalement cette période nous aura certainement fait gagné quelques années !

Comment voyez-vous la suite ? Une bonne nouvelle à partager ?

La suite comporte encore des incertitudes, nous avons collectivement appris à apprivoiser les données évolutives et fluctuantes, la phase d’inquiétude semble passée, maintenant l’heure est à envisager l’année académique suivante. Nous travaillons sur différents scénarii, cela mobilise notre agilité et nos capacités de projection. Nous avons tous à cœur de retrouver les collègues et surtout les étudiants !

Pour finir, une bonne nouvelle ? Plus que jamais Audencia SciencesCom a pu constater une forte proximité avec ses communautés. Nous avons vu une mobilisation importante de nos diplômés, par exemple. Nous espérons que la force du réseau permettra d’atténuer les effets de la crise pour nos jeunes diplômés.


En savoir + : Audencia SciencesCom

[Parole de Partenaire] DUPLIJET “Ce confinement nous a permis de repenser nos méthodes de travail”

L’APCOM soutient ses partenaires et a souhaité leur donner la parole pour savoir comment leur activité s’est adaptée à la crise du Covid-19. Rencontre avec Jean-Yves Chargé, dirigeant de Duplijet, entreprise d’impression numérique basée à Ste Luce-sur-Loire.

Chez DUPLIJET, ce virus est arrivé comme une bombe. Du jour au lendemain, tout s’est arrêté et nous n’avons pas compris ce qui nous arrivait. Heureusement toute l’équipe DUPLIJET a su analyser la situation et s’organiser pour maintenir un lien avec ses clients en respectant les gestes barrières. Nous avons mis nos compétences au service des personnes qui en avait le plus besoin en fabriquant des produits de protection après avoir adapté nos outils de production. Ce confinement nous a permis de nous remettre en question et de repenser nos méthodes de travail.

Cet évènement a valorisé des valeurs telle que la Solidarité et le respect, elles seront le point positif qui ressortira de cette expérience, même si économiquement cette pandémie laissera des traces ineffaçables.

Notre objectif est que l’activité reprenne au plus vite en assurant une totale protection à toute l’équipe.


En savoir + sur Duplijet

[Parole de Partenaire] Vins de Nantes “Notre enjeu en communication : créer le réflexe des Vins de Nantes dans notre région”

L’APCOM soutient ses partenaires et a souhaité leur donner la parole pour savoir comment leur activité s’est adaptée à la crise du Covid-19. Rencontre avec François Robin, délégué communication pour la Fédération des Vins de Nantes.

Les Vins de Nantes représentent 450 exploitations sur 10 000 hectares avec environ 50 millions de bouteilles vendues par an dont 20% à l’export. Les vins sont principalement commercialisés sous AOC et IGP avec le Muscadet en fer de lance.

Depuis le début du confinement, l’activité s’est maintenue dans les vignes et aux chais pour préparer la récolte 2020 qui s’annonce magnifique. En revanche, le commerce est très sévèrement impacté avec la fermeture des restaurants et les annulations de salons professionnels et grand public. En dépit de quelques opérations de drive et de livraison à domicile, la vente au caveau s’est effondrée. Seuls les circuits cavistes, superettes et grande distribution ont pu maintenir quelques volumes pour la consommation à domicile.

Un plan de filière nationale doit permettre d’atténuer les difficultés de trésorerie, couplé avec les aides des Pouvoirs Publics. En complément, la Fédération prépare un programme de relance en déployant un soutien fort de communication pour créer notamment le réflexe des Vins de Nantes dans notre région.


En savoir + sur le site de la Fédération des Vins de Nantes : Muscadet.fr

[Parole de Partenaire ] Audencia Executive Education “La mise en place des formations à distance a été un vrai challenge”

L’APCOM soutient ses partenaires et a souhaité leur donner la parole pour savoir comment leur activité s’est adaptée à la crise du Covid-19. Rencontre avec Lucie Maréchal, responsable carrière et formation à Audencia Executive Education.

A Audencia Executive Education le confinement a été très intense. Nous avons dû rapidement adapter nos cours à distance, mettre en place de nouvelles offres sur notre site internet pour cette période et passer tous nos événements en format digital. Il a fallu également rassurer tous les participants actuels et les entreprises sur notre capacité à continuer nos formations. Une nouvelle dynamique de travail a été mise en place avec efficacité dès l’annonce mi-mars. Nous sommes tous en télétravail, nous organisons des réunions virtuelles plusieurs fois par semaine et nous faisons passer les entretiens de recrutements par téléphone.

La mise en place des formations à distance a été un vrai challenge pour mes collègues du service opération. En effet, il a fallu en peu de temps, qu’elles s’adaptent aux plateformes, qu’elles forment tous les intervenants et participants aux outils. Elles ont beaucoup accompagné les formateurs pour adapter leurs supports de cours pour du distanciel afin qu’il soit aussi qualitatif qu’en présentiel. Elles ont également dû revoir les dates de formations et les horaires pour un système plus souple en lien avec les contraintes du confinement.

Pour nos services marketing et communication, ils ont dû revoir toute la communication et les événements pour les six prochains mois. Le site internet a été adapté à la situation ainsi que nos mailings. Il a été développé en lien avec des intervenants volontaires, des vidéos de conseils gratuits pour les entreprises afin de les aider durant cette période. Cela leur a demandé beaucoup de réactivité et d’adaptabilité, une veille sur les différentes actions à mettre en place rapidement et beaucoup plus d’échanges avec les différents services qu’en temps normal.

Nos enjeux aujourd’hui sont de préparer le retour en présentiel de nos participants tout en respectant les mesures sanitaires. De continuer à les satisfaire et de soutenir les entreprises dans la formation et de leur proposer des offres adaptées à leurs besoins du moment.

Mes enjeux personnels sont de préparer la rentrée du programme Responsable communication au travers de l’Afterwork digital du 28 mai. De continuer les entretiens de recrutements pour ce diplôme et d’aider au mieux les personnes dans leur projet de formation grâce aux échanges téléphoniques.

Personnellement, je trouve que cette période nous a tous rapprochés et a créé une équipe plus soudée que jamais. Tous les services se sont entraidés avec plus de communication et de dynamisme. Nous avons aussi découvert une nouvelle façon de travailler. Les participants à nos formations ont eux aussi apprécié les rentrées digitales et cette cohésion humaine qui s’est créée. Je pense que nous avons traversé cette crise avec succès au sein de notre service et voici quelques chiffres qui le confirment : 37 cours donnés à distance, 3 rentrées digitales, 26 intervenants réquisitionnés, 160 participants à nos formations durant cette période. Je tiens donc au travers de ce témoignage à féliciter mes collègues pour leur travail et leur soutien !

 


 

En savoir + : Audencia Executive Education

[Parole de Partenaire] SUP’DE COM : “Les enjeux s’axent autour de la pédagogie et de l’alternance”

L’APCOM soutient ses partenaires et a souhaité leur donner la parole pour savoir comment leur activité s’est adaptée à la crise du Covid-19. Nous avons interrogé Eda Dogan, repsonsable du développement de SUP’DE COM, pour savoir comment l’école s’est adaptée à l’enseignement à distance et quel est l’enjeu pour eux à présent ? SUP’DE COM, Ecole Supérieure de Communication forme des stratèges de la communication globale on et off line et média et hors média depuis 20 ans. Présente dans 10 villes de France, le deuxième Campus en nombre d’étudiant se situe à Nantes.

 

Enseignement et pilotage pédagogique à distance

SUP’DE COM Campus de Nantes a fermé ses portes le lundi 16 mars. Afin de poursuite ses missions pédagogiques, notre école de communication a dû s’adapter à la situation. Dès le 16 mars les étudiants ont pu suivre les cours de chaque programme en ligne, avec un pilotage à distance par les équipes pédagogiques. La plateforme collaborative Microsoft Teams a été mise à disposition de tous les étudiants et intervenants. En complément, l’outil pédagogique My Learning Box, déjà utilisé par SUP’DE COM, permet de donner un accès à toutes les ressources numériques.

Le dispositif en place offre également la possibilité de passer les examens en ligne. Ils se tiennent à la date initialement prévue, sur une durée déterminée, avec dépôt des copies en ligne et une soumission systématique à un logiciel anti-plagiat (Urkund). Les examens oraux se déroulent quant à eux en visioconférence.

Avec toute cette mobilisation il a alors pu être possible de réaliser la totalité des cours prévus au sein des programmes pédagogiques. Nous comptabilisons aujourd’hui 7000 heures de cours réalisées sur tout le réseau.

Un référent pédagogique garantissait la fluidité de la communication et un accompagnement des étudiants et intervenants. Dans un bel esprit d’équipe, nous avons gardé un lien de proximité avec les étudiants lors de rendez-vous réguliers. Il était nécessaire de renforcer cette approche qui nous caractérise.

 

Maintien de l’orientation à distance et des admissions digitalisées

SUP’DE COM Campus de Nantes s’est aussi mobilisé auprès des futurs étudiants pour assurer un maintien des parcours d’orientation et d’admission à distance. Nous proposions depuis 2 ans déjà des épreuves d’admission en ligne. Aujourd’hui nous nous sommes appuyés sur notre expertise en proposant des admissions totalement digitalisées :

  • Dossier de candidature à remplir sur le site internet
  • Réalisation des épreuves écrites en ligne sur un site dédié
  • Réalisation de l’entretien de motivation en visioconférence (Skype, FaceTime, WhatsApp)

Pour accompagner les étudiants dans leurs phases d’orientation, nous avons mis en place des moments d’échanges sur les réseaux sociaux, comme Instagram avec l’utilisation des Instagram Live et des IGTV. Ces temps d’échanges nous ont permis de garder le lien malgré l’impossibilité de recevoir les jeunes et leurs parents sur les campus. Il était important pour nous de continuer à avoir cette démarche de pédagogie et d’accompagnement auprès de nos différents publics.

 

L’enjeu de l’alternance

Désormais, les enjeux s’axent autour de la pédagogie et de l’alternance. Il nous faut continuer à garder le lien fort qui nous unit au sein de l’équipe, mais aussi avec des étudiants et intervenants. L’année n’est pas terminée et la validation des diplômes est au cœur de nos aspirations et préoccupations. Nous avons pris conscience de l’importance de cette digitalisation qui ne cesse de se développer pour répondre à des besoins croissants. Il est possible avec une réelle expertise de proposer des cursus de de qualité tout en valorisant la formation on-line.

En complément, les équipes en charge de la relation aux entreprises seront elles aussi très sollicitées. Elles accompagnent les étudiants et les entreprises, dont les besoins ont ou vont évoluer, dans le but de favoriser l’alternance comme méthode d’apprentissage. Penser à l’avenir et rester à l’écoute sont devenus les maîtres mots. Au sein des programmes et des années de formations, l’objectif est de valoriser les approchent opérationnelles, stratégiques ou bien RSE. Nous avons construit SUP’DE COM avec les entreprises et nous continuerons d’être dans cette approche.

Pour conclure, la communication est toujours en permanente évolution et le contexte que nous vivons change notre paysage de référence. Nous demandons aux étudiants d’être créatifs, adaptables et à l’écoute… à nous maintenant de montrer l’exemple !

 


En savoir + sur le site de SUP’DE COM

Parole d’adhérente : Ingrid Baudry “Désormais toutes les entités ont compris l’importance de la communication”

Durant le confinement, l’APCOM a souhaité donner la parole à ses membres pour qu’ils partagent leurs pratiques de communicant.e, leur nouvelle organisation et les impacts sur leur activité et sur le secteur de la communication. Rencontre avec Ingrid Baudry, directrice conseil et stratégie en communication indépendante.

 

Quelles est votre activité professionnelle ?
Je dirige l’agence conseil en communication Basiléo que j’ai créée en novembre 2019. J’exerce en tant qu’indépendante, tout en faisant appel à des talents sur certains métiers pointus du secteur quand c’est nécessaire. J’ai de la chance, je suis très bien entourée…
J’aime la communication, particulièrement quand sa finalité vise au bien commun. C’est d’ailleurs le fil rouge qui a guidé toute ma carrière. Cela me passionne de me plonger dans une thématique, de réfléchir avec et pour mes clients aux stratégies à mettre en œuvre pour leur donner les clefs d’une communication réussie.

 

Comment le confinement a-t-il modifié votre façon de travailler ?
Mon activité était quasi identique au début, plus calme depuis mi-avril. Je donne aussi des cours à des étudiants, j’ai dû revoir la façon de procéder en distanciel. Pour le reste, peu de changements finalement.
Je pratique le télétravail ou le travail nomade depuis déjà deux ans. Donc au début, mon quotidien professionnel était quasi identique, si ce n’est que j’avais de nouveaux coworkers à mes côtés, mes deux ados et mon mari ! Et puis, fin mars début avril, je travaillais sur de gros dossiers à rendre qui m’ont bien occupée. J’ai appris à maîtriser plusieurs logiciels de visio-conférence et à rationaliser mes prises de parole. Depuis mi-avril, j’ai vraiment pu approfondir certains sujets et me plonger dans des dossiers de fond. J’ai même, avec deux collègues, travaillé sur une toute nouvelle offre pour les entreprises qui sera bientôt prête.

Selon vous, quels seront les impacts de cette crise sur nos métiers et le secteur de la communication ?
J’ai bon espoir que cela ait beaucoup moins d’impact négatif que les dernières crises économiques. Désormais, toutes les entités, quelles qu’elles soient, ont compris l’importance de la communication, notamment numérique, et de sa professionnalisation. Elles hésiteront à tailler dans ce budget pour faire des économies. Ce serait un très mauvais calcul à court, moyen et long terme…

 

Enfin, avez-vous une bonne nouvelle, un coup de cœur, une lecture,… à partager ?
Ce confinement a été l’occasion de se concentrer sur l’essentiel. Pour ma part, ça a été, notamment, la philosophie. J’ai écouté plusieurs émissions de radio sur le sujet et relu un livre que j’avais aimé il y a plus de vingt ans et dans lequel j’avais envie de me replonger : « Le monde de Sophie » de Jostein Gaarder. C’est un roman sur l’histoire de la philosophie, ça rend la philo très accessible et compréhensible. Une véritable évasion spirituelle !

Parole d’adhérente : Noémie BUFFAULT “Nous percevons un intérêt d’autant plus fort pour une communication de sens”

En cette période de confinement, l’APCOM souhaite donner la parole à ses membres pour qu’ils partagent leurs pratiques de communicant.e, leur nouvelle organisation et les impacts sur leur activité et plus largement sur le secteur de la communication. Rencontre avec Noémie Buffault, experte en communication numérique, cofondatrice de l’agence LEKSI avec Inès Slama.

Quelles sont les conséquences du confinement sur votre activité professionnelle ?
La première conséquence, c’est que nous travaillons chacune depuis chez nous, donc nous nous appelons beaucoup plus souvent et notre Slack chauffe !
Nous avions pas mal de formations en présentiel prévues en mars et en avril. Heureusement, nous allons pouvoir les délivrer à distance, depuis nos bureaux éphémères aménagés dans un coin de nos appartements.

Quels avantages tirez-vous de cette nouvelle organisation ?
Nous sommes très connectées de base, donc le confinement n’a pas radicalement changé nos manières de faire ! Nous avons fait le choix de prendre du recul pour réfléchir à la vision de notre agence, cela a conforté notre positionnement responsable et notre volonté de travailler avec des acteurs locaux.

Selon vous, quels seront les impacts de cette crise sur nos métiers et le secteur de la communication ?
Nous avons constaté une accélération de la transition digitale chez plusieurs clients. Quelques organismes de formation réticents à la formation à distance se sont laissés convaincre à la faveur du confinement. Nous percevons aussi un intérêt d’autant plus fort pour une communication de sens, qui fasse la part belle à l’engagement des entreprises et des institutions… ce dont nous avons absolument besoin vu le contexte.

Avez-vous un coup de cœur, une lecture à partager ?
Le podcast Les couilles sur la table qui consacre un épisode à la sous-représentation des femmes dans l’informatique.
Un article d’Adeline Viaud sur les stratégies les plus fréquemment utilisées par les greenwashers.
Et on livre d’autres coup de cœur dans notre article “Vu, lu, écouté chez LEKSI”.

Parole d’adhérent : Ronan Jannée “Allons de l’avant ! Avec de vrais et profonds changements plus sains et respectueux.”

En cette période de confinement, l’APCOM souhaite donner la parole à ses membres pour qu’ils partagent leurs pratiques de communicant.e, leur nouvelle organisation et les impacts sur leur activité et plus largement sur le secteur de la communication. Rencontre avec Ronan Jannée, responsable Communication du service Achats Non Marchands du Groupe U Enseigne (Grande distribution).

Nous sommes en confinement depuis plusieurs jours, quelles sont les conséquences sur votre activité professionnelle ?
L’activité a pu perdurer, et cela dans un contexte d’extrême tension pour les magasins, qui ont été très sollicités, surtout au début du confinement. Entre effet de “panique”, rupture de produits nécessaires à la sécurité de tous les employé.e.s de supermarchés, U Enseigne a su trouver une dynamique et une forte cohésion des différents services logistique, informatique pour assurer la continuité des services. Le télétravail partiel était en phase de test depuis novembre 2019 au sein du groupement et allait être déployé à une très grande partie des collaborateurs. Cela aura été un grand crash test qui s’est soldé par une très grande réussite, reconnue de tous. Bravo au groupement qui a su être en avance et anticiper une pratique qui va certainement se démocratiser fortement.

 

Comment cela-t-il modifié votre façon de travailler ? Quels avantages tirez-vous de cette nouvelle organisation ?
En télétravail depuis le début du confinement, j’ai renoué avec mon ex-job de freelance ! Cela a des avantages de pouvoir organiser son temps.

Selon vous, quels seront les impacts de cette crise sur nos métiers et le secteur de la communication ?
La communication revêt des métiers pluridisciplinaires, difficile d’en faire une vision globale… Pour certains, rien n’a changé, le digital nomade (que je suis) peut réaliser un site internet depuis une plage de Nouvelle-Calédonie ou de son appartement nantais. En revanche, le secteur de l’événementiel ou des relations-publique sera plus compliqué.

Enfin, avez-vous un coup de cœur à partager ?
“Il y a autant de cerveaux qu’il y a d’idées, mais une seule question doit nous tarauder” : on fait quoi maintenant ? Et après ? Pour la suite ? On a peut-être aussi une chance folle et inouïe de repenser nos rapports sociaux, nos modèles économiques, nos rapports à nos “vieux” et entre les générations ? Allons de l’avant ! Avec de vrais et profonds changements plus sains et respectueux. Écrire l’après : la communauté TEDx Nantes invite à écrire ses souhaits/interrogations, sa vision du monde d’après. Un moyen de prendre des engagements et de construire une nouvelle ère…. ?

Parole d’adhérente : Charlotte MAZOYER “La communication reste un levier indispensable pour préserver la confiance et le lien avec ses publics”

En cette période de confinement, l’APCOM souhaite donner la parole à ses membres pour qu’ils partagent leurs pratiques de communicant.e, leur nouvelle organisation et les impacts sur leur activité et plus largement sur le secteur de la communication. Rencontre avec Charlotte Mazoyer, chargée de la programmation événementielle  de la Nantes Digital Week.

Nous sommes en confinement depuis plusieurs jours, quelles sont les conséquences sur votre activité professionnelle ?
L’activité n’a pas diminué, bien au contraire, il faut déployer encore plus d’énergie pour maintenir le lien avec les parties prenantes et continuer de construire l’événement. Les relations humaines sont encore plus importantes qu’avant. On ressent clairement le besoin de garder le lien dans l’équipe mais bien au-delà aussi. Faut dire que les visios changent le rapport aux autres, en s’invitant chez les uns les autres, ça rapproche. 🙂

Comment cela-t-il modifié votre façon de travailler ? Quels avantages tirez-vous de cette nouvelle organisation ?
Il a fallu se créer de nouveaux repères, organiser les postes de travail à la maison, pousser quelques meubles, bichonner la box internet et racheter du café. Le quotidien s’est par contre fortement transformé, liant vie pro et perso. Nos familles vont enfin comprendre à quoi ressemble notre métier ! 😉 Et il est vrai que les afterworks me manquent, ça me parait si lointain.

Selon vous, quels seront les impacts de cette crise sur nos métiers et le secteur de la communication ?
A mon sens, la communication reste un levier indispensable pour préserver la confiance et le lien avec ses publics. J’espère que les Directions sauront mettre les moyens, notamment humains, pour préparer la reprise et ajuster les plans de com. Et enfin, j’ai espoir que ce ne sera pas la course à la promo, que l’on arrivera à garder du sens et capitaliser sur les valeurs responsables qui se sont dégagées pendant cette crise inédite.

Enfin, avez-vous une bonne nouvelle à partager ?
Une bonne nouvelle ? Toutes les formes de solidarité que l’on voit émerger (fière d’être nantaise), la force du local, le relationnel qui joue un rôle essentiel, le rapport à l’humain, à la nature qui prend une nouvelle forme… autant de prises de conscience qui ont été accélérées et qui ont tout intérêt à perdurer. Ça donne de l’espoir !

Parole d’adhérente : Martine LURIOT “Chacun derrière son ordinateur et de chez lui a dû apporter sa pierre à l’édifice”

En cette période de confinement, l’APCOM souhaite donner la parole à ses membres pour qu’ils partagent leurs pratiques de communicant.e, leur nouvelle organisation et les impacts sur leur activité et sur le secteur de la communication. Rencontre avec Martine Luriot, en correspondante entreprises-partenariats pour la Fondation de France Grand Ouest.

Nous sommes en confinement depuis plusieurs jours, quelles sont les conséquences sur votre activité professionnelle ?

Depuis le début de l’épidémie, la mobilisation a été forte pour les équipes de la Fondation de France Grand Ouest, il y avait urgence !
Chacun derrière son ordinateur et de chez lui a dû apporter sa pierre à l’édifice. D’une part, une collecte spécifique a été lancée auprès des particuliers et des entreprises qui ont répondu rapidement présents.
D’autre part, les soutiens ont été ciblés sur :
– L’aide aux personnels soignants, en milieu hospitalier ou non
– Les projets de recherche médicale
– Les actions des acteurs de terrain et associations qui œuvrent auprès des plus vulnérables
Plus de 23 millions d’euros ont déjà été collectés au niveau national et sur notre territoire, c’est 25 projets impliquant 50 établissements qui ont pu être mis en œuvre très rapidement. Par exemple : Achat de respirateurs et de matériel médical pour lutter contre l’épidémie pour le CHU de Nantes, Accompagnement d’EHPAD dans leur lutte contre les effets négatifs du confinement et le renfort de personnel, Maintien de l’école pour les enfants victimes de violence …

Quel rôle a joué la communication ?

La communication a été centrale et s’est manifestée dès les premiers jours du confinement alors que chacun avait encore du mal à réaliser. C’est une soirée spéciale sur France 2 le 24 mars « Ensemble avec nos soignants » qui a donné le top départ de notre action.
Depuis nous avons enregistré de nombreux partenariats media pour faire connaitre notre démarche et susciter les dons.

Enfin, avez-vous une bonne nouvelle, un coup de cœur, une lecture,… à partager ?
95 000 donateurs déjà engagés aux côtés à la Fondation de France, la générosité est bien présente et ça fait chaud au cœur.
Je suis frappée aussi par l’adaptabilité et l’inventivité des associations que nous soutenons pour répondre au plus près aux besoins des plus démunis.
#tousuniscontrelevirus