Parole d’adhérente : Ingrid Baudry « Désormais toutes les entités ont compris l’importance de la communication »

Durant le confinement, l’APCOM a souhaité donner la parole à ses membres pour qu’ils partagent leurs pratiques de communicant.e, leur nouvelle organisation et les impacts sur leur activité et sur le secteur de la communication. Rencontre avec Ingrid Baudry, directrice conseil et stratégie en communication indépendante.

 

Quelles est votre activité professionnelle ?
Je dirige l’agence conseil en communication Basiléo que j’ai créée en novembre 2019. J’exerce en tant qu’indépendante, tout en faisant appel à des talents sur certains métiers pointus du secteur quand c’est nécessaire. J’ai de la chance, je suis très bien entourée…
J’aime la communication, particulièrement quand sa finalité vise au bien commun. C’est d’ailleurs le fil rouge qui a guidé toute ma carrière. Cela me passionne de me plonger dans une thématique, de réfléchir avec et pour mes clients aux stratégies à mettre en œuvre pour leur donner les clefs d’une communication réussie.

 

Comment le confinement a-t-il modifié votre façon de travailler ?
Mon activité était quasi identique au début, plus calme depuis mi-avril. Je donne aussi des cours à des étudiants, j’ai dû revoir la façon de procéder en distanciel. Pour le reste, peu de changements finalement.
Je pratique le télétravail ou le travail nomade depuis déjà deux ans. Donc au début, mon quotidien professionnel était quasi identique, si ce n’est que j’avais de nouveaux coworkers à mes côtés, mes deux ados et mon mari ! Et puis, fin mars début avril, je travaillais sur de gros dossiers à rendre qui m’ont bien occupée. J’ai appris à maîtriser plusieurs logiciels de visio-conférence et à rationaliser mes prises de parole. Depuis mi-avril, j’ai vraiment pu approfondir certains sujets et me plonger dans des dossiers de fond. J’ai même, avec deux collègues, travaillé sur une toute nouvelle offre pour les entreprises qui sera bientôt prête.

Selon vous, quels seront les impacts de cette crise sur nos métiers et le secteur de la communication ?
J’ai bon espoir que cela ait beaucoup moins d’impact négatif que les dernières crises économiques. Désormais, toutes les entités, quelles qu’elles soient, ont compris l’importance de la communication, notamment numérique, et de sa professionnalisation. Elles hésiteront à tailler dans ce budget pour faire des économies. Ce serait un très mauvais calcul à court, moyen et long terme…

 

Enfin, avez-vous une bonne nouvelle, un coup de cœur, une lecture,… à partager ?
Ce confinement a été l’occasion de se concentrer sur l’essentiel. Pour ma part, ça a été, notamment, la philosophie. J’ai écouté plusieurs émissions de radio sur le sujet et relu un livre que j’avais aimé il y a plus de vingt ans et dans lequel j’avais envie de me replonger : « Le monde de Sophie » de Jostein Gaarder. C’est un roman sur l’histoire de la philosophie, ça rend la philo très accessible et compréhensible. Une véritable évasion spirituelle !