Parole d’adhérent : Ronan Jannée « Allons de l’avant ! Avec de vrais et profonds changements plus sains et respectueux. »

En cette période de confinement, l’APCOM souhaite donner la parole à ses membres pour qu’ils partagent leurs pratiques de communicant.e, leur nouvelle organisation et les impacts sur leur activité et plus largement sur le secteur de la communication. Rencontre avec Ronan Jannée, responsable Communication du service Achats Non Marchands du Groupe U Enseigne (Grande distribution).

Nous sommes en confinement depuis plusieurs jours, quelles sont les conséquences sur votre activité professionnelle ?
L’activité a pu perdurer, et cela dans un contexte d’extrême tension pour les magasins, qui ont été très sollicités, surtout au début du confinement. Entre effet de « panique », rupture de produits nécessaires à la sécurité de tous les employé.e.s de supermarchés, U Enseigne a su trouver une dynamique et une forte cohésion des différents services logistique, informatique pour assurer la continuité des services. Le télétravail partiel était en phase de test depuis novembre 2019 au sein du groupement et allait être déployé à une très grande partie des collaborateurs. Cela aura été un grand crash test qui s’est soldé par une très grande réussite, reconnue de tous. Bravo au groupement qui a su être en avance et anticiper une pratique qui va certainement se démocratiser fortement.

 

Comment cela-t-il modifié votre façon de travailler ? Quels avantages tirez-vous de cette nouvelle organisation ?
En télétravail depuis le début du confinement, j’ai renoué avec mon ex-job de freelance ! Cela a des avantages de pouvoir organiser son temps.

Selon vous, quels seront les impacts de cette crise sur nos métiers et le secteur de la communication ?
La communication revêt des métiers pluridisciplinaires, difficile d’en faire une vision globale… Pour certains, rien n’a changé, le digital nomade (que je suis) peut réaliser un site internet depuis une plage de Nouvelle-Calédonie ou de son appartement nantais. En revanche, le secteur de l’événementiel ou des relations-publique sera plus compliqué.

Enfin, avez-vous un coup de cœur à partager ?
« Il y a autant de cerveaux qu’il y a d’idées, mais une seule question doit nous tarauder » : on fait quoi maintenant ? Et après ? Pour la suite ? On a peut-être aussi une chance folle et inouïe de repenser nos rapports sociaux, nos modèles économiques, nos rapports à nos « vieux » et entre les générations ? Allons de l’avant ! Avec de vrais et profonds changements plus sains et respectueux. Écrire l’après : la communauté TEDx Nantes invite à écrire ses souhaits/interrogations, sa vision du monde d’après. Un moyen de prendre des engagements et de construire une nouvelle ère…. ?