Parole d’adhérente avec Mélinda Thomaret “Le confinement nous oblige à prendre un temps d’arrêt et d’écoute”

En cette période de confinement, l’APCOM souhaite donner la parole à ses membres pour qu’ils partagent leurs pratiques de communicant.e, leur nouvelle organisation et les impacts sur leur activité et plus largement sur le secteur de la communication. Rencontre avec Mélinda Thomaret, administratrice de l’APCOM et fondatrice & dirigeante de MOAKÏTE, agence de conseil en communication événementielle.

Nous sommes en confinement depuis plusieurs jours, quelles sont les conséquences sur votre activité professionnelle ?

C’est en fait toute une filière qui a été touchée. Je pense particulièrement aux freelances, aux prestataires ou aux intermittents du spectacle qui travaillent dans les coulisses pour la bonne tenue d’un événement.
Les agences événementielles ont été impactées dés le début du mois de mars avec les premiers reports ou annulations. L’activité est depuis en stand-by avec des incertitudes quant à la période de reprise.

Comment cela-a-t-il modifié votre façon de travailler ?

L’agilité est un prérequis dès lors que l’on travaille dans l’événementiel, c’est d’autant plus vrai en période de crise. Des projets ont dû être décalés, bousculant les plannings de production dans le même temps. C’est également de nouveaux modes de communication qui ont été mis en œuvre avec nos clients. Les outils tels que Skype, Teams, Zoom s’avèrent pratiques mais sont loin de remplacer la rencontre physique ! Passé ce temps de « réaction », le confinement nous oblige à prendre un temps d’arrêt, un temps d’écoute. C’est un temps de compréhension nécessaire pour questionner nos modèles, prendre du recul sur nos façons d’interagir ou encore de communiquer.

Selon vous, quels seront les impacts de cette crise sur nos métiers et le secteur de la communication ?

Toute crise est un accélérateur du changement. Les entreprises devront être moteur d’un monde plus responsable avec des agences de communication événementielles présentes à leur côté pour impulser cette transformation. Chacun sera conscient de sa responsabilité au regard d’autrui. Certaines entreprises incarnent d’ores et déjà cette volonté au travers leur politique RSE. Mais au delà de la simple formalisation d’un rapport RSE, le temps est à l’action ! Il faudra embarquer toutes les parties prenantes avec transparence et engagement.
Dans un contexte qui reste incertain pour de nombreuses structures, les formats d’événements seront certainement différents, mais le travail de fond sur les messages à porter sera d’autant plus important. Les organisations auront plus que jamais besoin de rassembler les collaborateurs pour souder à nouveau les équipes, donner du sens à leurs actions.
Notre rôle d’agence conseil est primordial pour accompagner les entreprises dans leurs futures prises de parole. Les messages d’avant crise ne seront pas les mêmes dans les prochains mois. Alors que l’on parlait croissance il y a encore quelques semaines, nous aborderons plutôt le thème de la résilience…

Enfin, avez-vous une bonne nouvelle, un coup de cœur, une lecture,… à partager ?

La bonne nouvelle ? L’homme a besoin de contacts, et seule la rencontre et l’événement pourront répondre à son besoin.
Le coup de cœur ? Cette citation d’Albert Camus qui nous interroge sur notre liberté d’agir : «Le bonheur est la plus grande des conquêtes, celle qu’on fait contre le destin qui nous est imposé.».